15 avril 2011

La Linaire des Pyrénées

Linaria Pyrenaica, De Candolle Cette petite plante (20 cm à peine) se trouve sur des rocailles ou sur les éboulis d'ardoise, ces "cascaillets" typiques de la Vallée de Batsurguère. Elle se manifeste généralement en avril, se fait un peu oublier aux premiers jours de l'été pour revenir en fin de saison, pafois même tardivement jusqu'à l'automne. Elle s'étale au sol avant de se redresser et présenter un bouton floral rond et dense qui s'épanouit ensuite sur une fleur jaune pâle au coeur jaune vif. Sa cousine la Linaire des Alpes... [Lire la suite]
Posté par MHVL à 18:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2011

L'Hélianthème des Apennins

Helianthemum apenninum, L. Cette petite plante des rochers et des prairies sèches se plaît sur les versants ensoleillés jusqu'à une alitutde respectable de 1 800 m. Si les sommets de Batsurgère sont loin d'atteindre ces hauteurs, on la voit néanmoins dès 500 m. (ici au pied d'Alian).  Ses pétales fragiles évoquent un papier de soie froissé, ce qui est généralement le cas pour la famille des cistes tels ceux que l'on voit dans les garrigues méditerranéennes (par exemple le ciste cotonneux Cista alba aux délicats pétales roses)... [Lire la suite]
Posté par MHVL à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 avril 2011

La Potentille des montagnes ou Potentille brillante

Potentilla montana, Brotero Cette potentille n'a de montagnarde que le nom car on la trouve quasiment  dans toute la moitié ouest de la France, y compris le Bassin Parisien qui n'est pas pourtant pas connu pour son altitude... Un grand nombre de fleurs appartient au genre potentille, comme la potentille faux-fraisier (potentilla sterilis) dont la fleur ressemble à s'y méprendre à celle de sa cousine la potentille des montagnes.         Seules, les feuilles, toutes à trois lobes, permettront de les... [Lire la suite]
Posté par MHVL à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 avril 2011

La Monnaie du Pape ou Lunaire

Lunaria annua, L On peut se demander qui était le Pape qui a pu inspirer l'appellation donnée à cette fleur des champs ! Etait-il Pape prodigue, Pape avare, ou Pape escroc, préférant peut-être payer en monnaie de singe plutôt qu'en espèces sonnantes et trébuchantes ? Si cette petite énigme reste sans réponse, il n'en demeure pas moins que cette plante est bien associée à l'aspect monétaire. En anglais, elle s'appelle "Dollar plant" ! La couleur blanc nacré de ses fruits évoque peut-être une pièce sans valeur en fer blanc, mais lui... [Lire la suite]
Posté par MHVL à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 avril 2011

La Mercuriale vivace ou Cynocrambe

Mercurialis perennis Il semble étrange de parler de mercuriale vivace pour une plante dont la végétation disparaît une partie de l'année pour re-apparaître au printemps alors que sa cousine la mercuriale annuelle reste en végétation toute l'année... Ce qualificatif lui vient de ses rhizomes qui lui permet de se propager en colonies serrées. La mercuriale vivace forme généralement des tapis vert clair en sous-bois, de préférence sur un sol humide et calcaire. Ella apparaît au printemps et forme en quelques jours sa hampe florale.... [Lire la suite]
06 avril 2011

Le Polygale du calcaire

Polygala calcarea, Schultz Le nom est sans ambiguité : c'est bien sur les sols calcaires que l'on trouve cette petite fleur aux dimensions très discrètes, et généralement à partir de 800 mètres d'altitude environ.  Elle ne doit pas dépasser une quinzaine de centimètres. Elle s'étale avant de dresser une hampe florale qui prend toutes les teintes du bleu, et parfois même du rose. Elle se voit en abondance (ici photographiée au Mail d'Arreau) dès fin mars. Pour la petite histoire, le nom de polygala signifie littéralement... [Lire la suite]
Posté par MHVL à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 avril 2011

La Chélidoine ou Herbe aux verrues

Chelidonium majus, L Divers noms s'appliquent à cette plante, commune dans les jardins autant que sur les bords chemins: Chélidoine majeure, grande éclaire, herbe aux boucs, herbe de l'hirondelle, herbe de Sainte-Claire, lait de sorcières, sologne, félongène, felougne (source : Wikipedia)! On comprend le nom de grande éclaire car le jaune de la fleur est véritablement éclatant (la petite éclaire est le nom donné à la ficaire, au jaune tout aussi éblouisant !). L'apellation d'herbe de Sainte Claire dérive sans doute d'une déformation... [Lire la suite]
Posté par MHVL à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
04 avril 2011

Le Populage ou Caltha des Marais

Caltha palustris, L Le jaune vif de ses fleurs ne manque pas d'attirer le regard : très semblable au bouton d'or connu de tous, la fleur du caltha est juste un peu plus grosse, mais son feuillage ne permet pas l'erreur : réunis tous à la base de la plante, les pétioles rouge sombre portent chacun une feuille en forme de coeur arrondi. Comme son nom l'indique, c'est les pieds dans l'eau qu'on le trouvera : sources et ruisseaux sont ses lieux de prédilection. Le populage fait partie des renonculacées (comme son cousin le bouton d'or... [Lire la suite]
Posté par MHVL à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 avril 2011

L'hépatique à trois lobes

Hepatica nobilis, Miller Drôle de nom pour une plante, plutôt évocateur d'une maladie du foie (noble ou pas d'ailleurs... ). Et pourtant, il s'agit là d'une des fleurs les plus ravissantes que l'on voit au printemps dans les sous-bois... L'Occitan lui préfère le nom d'Herbe de la Trinité, une référence plus chrétienne et néanmoins évocatrice de ses formes. L'hépatique à trois lobes (ou hépatique noble) doit son nom à ses feuilles : leur forme caractéristique en trois lobes arrondis, rappelerait l'aspect d'un foie... Les feuilles... [Lire la suite]
30 mars 2011

La Jacinthe des Pyrénées ou Scille lis-jacinthe

Scilla lilio-hyacinthus, L Cette jacinthe a pour particularité de ne se trouver que dans le quart Sud-Ouest de la France, avec quelques incursions au delà du Massif Central vers la région Centre. C'est fin mars qu'on la voit apparaître, en phase avec le coup d'envoi du printemps. Elle se plaît dans la fraîcheur des sous bois ou talus humides où elle se propage en colonies formant des tapis denses avant de se faire voler la vedette quelques jours plus tard par l'orchis mâle au rose pourpre. De couleur bleue mauve, la hampe florale... [Lire la suite]