Ruta graveolens, L

IMG_7139 (2)

Il ne s'agit certainement pas de la plante la plus fréquemment rencontrée dans notre vallée, mais elle apparaît ça et là.

Elle se plaît sur des zones ensoleillées et des sols plutôt pauvres. Elle fleurit de mai à juillet.

Elle a été observée au pied d'Alian et du Béout.

La plante est toxique et même allergisante au contact; elle dégage une odeur forte (on l'appelle parfois aussi la "rue fétide"). Elle est utilisée aujourd'hui en homéopathie et était autrefois cultivée essentiellement pour son usage médicinal et mais aussi comme plante aromatique (il paraît qu'il y en a dans le raki !)

Autres noms courants : rue puante, rue fétide, rue des jardiniers, rue vineuse, herbe de la rue, herbe de grâce

L'adjectif graveolens signifie litttéralement "odeur lourde" (d'où la rue puante ou fétide !) Quant au nom de "rue" (selon Wiktionnaire) : " il vient de ruo (« faire tomber, jeter à terre ») sans doute en raison de sa réputation d'être abortive, son caractère toxique forte dose : la fille de Titus serait morte après en avoir consommé". La rue s'appelle "ruta" en latin.

IMG_7140 (3) IMG_7142

La rue est célébrée dans les chants populaires d'Ukraine. Curieusement, c'est la plante nationale en Litunanie, et là, on doit trouver une explication très différente à l'origine du nom : elle est liée à la chasteté et à la virginité (étonnant pour une plante aux vertus avortives...), ce qui peut nous donner l'explication du nom commun "herbe de grâce". 
Elle est aussi "herb of grace" en anglais. On en fait mention sous l'appellation de "rue" (toujours en anglais) chez Shakespeare dans Hamlet et Richard II (excusez du peu !), Milton y fait allusion dans son "Paradis perdu" pour permettre à Adam de retrouver une vue claire, et Gulliver en farcit ses narines pour ne pas sentir l'odeur des ...Anglais !!!

il paraît qu'il y en a dans le raki !