Circea lutetiana, L

Avec son nom d' herbe aux sorcières ou encore herbe des sorciers, on serait bien tenté d'en préparer quelque décoction ou philtre magique, juste pour voir ce qui se passera... ! Peut-être transformera-t-on en crapaud ses ennemis, à moins qu'on ne révèle en eux la fée qui sommeille ou pourquoi pas, le prince charmant (sans le cheval blanc qui va avec, faut pas rêver ...). C''était pourtant bien les propriétés qu'on attribuait autrefois à cette plante considérée comme magique et ensorcelante, il y a bien longtemps de cela...!

Le nom de Circée vient de la mythologie grecque : Circée, fille d'Hélios le soleil, était une magicienne aux pouvoirs quelque peu maléfiques qu'elle utilisait pour transformer ceux qui la gênaient en animaux (c'est ainsi qu'elle transforma les compagnons d'Ulysse en pourceaux..!)
La Circée de Paris qui nous intéresse ici forme des tapis épais là où il y a de l'humidité et généralement à l'ombre dans les régions froides et tempérées de l'hémisphère nord (dixit Marcel Saule) et se trouve dans les forêts de feuillus jusqu'à l'étage montagnard.
Le Guide Vigot de la Flore nous dit pour sa part qu'elle devrait plutôt porter le nom d'herbe aux sourciers que celui d'herbe aux sorciers tant elle est révélatrice de la présence d'humidité et d'eau en sous-sol.

Circee_de_Paris

Tapis de Cicées en fleurs

Circee_de_Paris_feuillage

Le feuillage très caractéristique de la Circée de Paris

 

La dissémination des graines est assurée par la multitude de petits poils crochus qui recouvrent ses fruits et qui s'accrochent facilement aux vêtements et au pelage des animaux.

Circee_de_Paris__2_ Circee

Très abondante dans les coins humides de Batsurguère, il faut savoir que l'espèce n'est pas présente partout et est désormais protégée en Provence Alpes Côte-d'Azur, où l'humidité est certainement plus rare qu'ici !

Circee_de_Paris_2