Flore de la Vallée de Batsurguère, Hautes-Pyrénées

05 août 2016

La Bruyère des marais ou Bruyère à quatre angles

Erica tetralix, L.

 

bruyère tétralix

Cette bruyère se trouve dans les lieux humides où elle peut voisiner avec la bruyère à balais, les sphaignes, les molinies bleues et autres plantes de marais ou de tourbières.

Appelée aussi bruyère tétragone ou bruyère quaternée, on comprend vite que le chiffre 4 qui figure dans toutes ces dénominiations n'est pas là sans raison.

bruyère tétralix (feuilles verticillées)

En effet, ses feuilles sont rangées en verticilles de quatre feuilles ! (Les organes d'une plante sont dits en verticille ou verticillés, lorsqu'ils sont insérés au même niveau, par groupe de trois unités au minimum, en cercle autour d'un axe (tige ou rameau).

Bruyère des marais - Erica tetralix Bruyère à 4 angles

Etymologie : Le nom scientifique Erica vient du grec ancien ἐρείκη, emprunté par le latin sous la forme erice ou erica, et conservé dans l'italien erica. Le mot français bruyère est d'origine gauloise: des formes apparentées sont attestées dans des parlers de toute l'ancienne Gaule et en Italie du nord (Gaule cisalpine). Le mot est d'ailleurs au sens propre, comme l'italien brughièra, un dérivé signifiant terrain couvert de bruyère,lande. (source : Wikipedia)

Posté par MHVL à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Le Droséra ou Rossolis

Drosera rotundifolia et Drosera intermedia, L.

 

Drosera intermedia

Une belle carnivore que l'on trouve sur les https://fr.wikipedia.org/wiki/Tourbi%C3%A8re ! Ne vous fiez pas à sa petite taille, elle est redoutable !
Les feuilles, de couleur rougeatre, se présentent en rosette et sont couvertes de nombreux poils gluants sur leur face supérieure. Ainsi, lorsqu’un insecte a la mauvaise idée de se poser sur une feuille, les poils se rabattent sur lui. Englué, l'insecte meurt et sera alors ingéré par le liquide acide secrété par la plante, les petites gouttelettes que l'on voit briller au soleil, comme de la rosée. Quelques jours plus tard, la carcasse de l'insecte sera libérée au vent, et la plante se préparera à une nouvelle capture. 

Le nom de "Drosera" (grec), comme celui latin de "Rossolis" fait référence à la "rosée" qui perle sur les poils des feuilles, d'où les appellations communes de  "rosée du soleil",  "rosée du matin" ou encore "herbe à la rosée".

 
Les insectes apportent au drosera les substances azotées nécessaires à sa croissance et à sa floraison, les tourbières étant des milieux pauvres en azote. 

Drosera

 
Le Drosera à feuilles rondes (rotundifolia) est l'espèce la plus courante en France, mais on observe aussi sur notre tourbière d'Ech le Drosera intermédiaire (intermedia).  
Le drosera est employé en homéopathie pour les affections rhinopharyngées, et aussi pour les douleurs rhumatismales. 

Drosera_rotundifolia_FlowerSi on observe avec attention, on peut apercevoir fin juillet de petites fleurs blanches qui apparaissent sur une tige d’environ 10 à 15 cm de haut, au centre de la rosette. (crédit photo : Wikipedia)
L'hiver, les racines du drosera survivent enfouies dans les sphaignes.

 

 

 

Posté par MHVL à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 août 2016

Les Sphaignes

Sphagnum sp.

IMG_7221 (2)

Les sphaignes sont des mousses avec un fort pouvoir d'absorption de l'humidité. Curieusement, même si elles vivent dans des zones humides (comme les tourbières, dont elles constituent la "tourbe" par entassement des plants morts), ce n'est pas l'eau du terrain qu'elles absorbent mais l'eau des précipitations, et ce jusqu'à 30 fois leur propre poids ... De véritables éponges !

La tourbière d'Ech (sur la commune d'Omex) abrite des espèces rares de plantes (qui seront prochainement présentées sur ce blog), mais aussi de papillons ou araignées. La sphaigne est la plante maîtresse de la tourbière car elle maintient le milieu humide, et libère des composés acides qui bloquent l'activité des micro-organismes qui décomposent les végétaux morts. En accumulant les couches de sphaignes mortes et non décomposées, on obtient la tourbe, ainsi que l'aspect parfois bombé de certaines  tourbières.

Il n'existe pas une seule sorte de sphaigne mais des quantités de sphaignes (plus de 3 000 espèces répertoriées) et j'ignore combien en comporte la tourbière d'Ech, vraisembablement 4 ou 5, comme c'est la cas pour la tourbière voisine du lac de Lourdes, située sur l'autre versant du Soum d'Ech (les deux tourbières sont des sites Natura 2000). La tourbière d'Ech constitue un site exceptionnel, c'est une des plus belles tourbières des Pyrénées. Elle est totalement comblée, contrairement à celle du lac de Lourdes. 

 

Sphaigne  sphaigne

Posté par MHVL à 15:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 août 2016

La Reine de prés

Filipendula ulmaria (L.) Maxim.

Filipendula-ulmaria Reine-des-pres

Reine des prés ou, pourrait-on dire, Reine des ruisseaux ! La belle aime avoir les pieds dans l'eau... On lui donne de  nombreux autres noms tels que fausse spirée (en raison de la forme spiralée de ses fruits, recourbés en hélice), ou encore belle des présbarbe des chênesbarbe de boucfleur des abeillesherbe aux abeilles (son parfum très odorant et sucré attire en effet les insectes pollinisateurs)ormièregrande potentillevignette

Elle se tient en tête du peloton des plantes médicinales les plus utilisées en raison de ses nombreuses vertus, dont en particulier celle d'être anti-inflammatoire (elle peut remplacer l'aspirine en raison de sa teneur en acide salycilique !)

De port élevé (d'où sans doute son nom de reine), on la voit très fréquemment aux abords des ruisseaux et des sources, mais la raréfaction des zones humides en raison des drainages effectués par l'homme l'a fragilisée. Heureusement pas encore dans notre vallée où elle trouve encore de nombreux endroits pour s'épanouir en toute quiétude...

 

Reine-des-pres Filipendula-ulmaria

Etymologie : Filipendula : parce que es tubercules des racines sont comme suspendus à des filaments très fins, et Ulmaria, de Ulmo (= Ormeau), parce que les feuilles de la Reine des prés peuvent rappeler celles de l'Ormeau.

Filipendula-ulmaria reine-des-pres Fruits spirales

Reine des prés (3w) (2) Reine des prés (4w) 

Filipendula-ulmaria Reine-des-pres Reine des Pres Fililpendula-ulmaria 

 FIlipendula-ulmaria Reine-des-Pres

 

25 juillet 2016

La Cotonnière de France

Logfia gallica, (L.) Coss. & Germ
ou Filago gallica
, L.

 

Filago gallica (6w)J'ai cherché un certain temps avant de trouver le nom commun  de cette plante. C'est enfin sur l'excellent site Flore Alpes que j'ai trouvé la charmante appellation de "Cotonnière de France". Il faut dire qu'on ne la voit pas partout, ni en grandes quantités... Discrètement cachés sur ses landes rocailleuse, Batsurguère en compte quelques specimens, même si cette cotonnière semble présente sur une bonne partie du territoire français et plus particulièirement sur les sables des bords de Loire.

Petite, de couleur vert cendré ou argenté, duveteuse (cotonneuse ?) on ne sait de prime abord à quelle famille la rattacher, mais c'est bel et bien une astéracée estivale.

Peu d'informations à son sujet. Curieusement, c'est en se tournant vers les sites anglophones que l'on trouve le plus d'images sur le Net (taper : narrow leaved cudweed).

Pour en savoir plus sur l'étymologie : filago et logfia paraissent bien proches ! Et bien oui, voilà pourquoi : 

Logfia : Nom de genre créé par Cassini en 1819 comme anagramme de Filago 
Ce botaniste revoit le genre Filago défini par Linné en 1753 et le divise en six nouvelles unités taxonomiques : Filago, Gifola, Ifloga, Leontopodium, Logfia et Oglifa. Les considérant comme très proches, il construit des anagrammes de Filago pour les nommer (Andrés-Sánchez Santiago et al., 2013. Taxonomic revision of the genus Logfia (Asteraceae, Gnaphalieae) in the Mediterranean region. Anales del Jardín Botánico de Madrid, 70 (1) : 7-18.

Source : ici 

Filago gallica (4w)

 

 

 

 

Posté par MHVL à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 juillet 2016

Le Panicaut de Bourgat ou chardon bleu des Pyrénées

Eryngium bourgatii

 

Endémique et emblématique des Pyrénées,

Ziganena filipendula sur Panicaut de Bourgeat (Tech-14juillet2013)ce très joli chardon bleu se montre l'été sur les sommets rocheux de Batsurguère. Apprécié des insectes, semble-t-il !

Le mot de "panicaut" (au fait, rien à voir avec "panicule" !) viendrait de "pain chaud" (panis caldus) parce que ses feuilles piquantes provoquent une sensation de brûlure comme un pain qui sort du four, mais le mot serait en réalité une déformation de pain-chardon (comprendre chardon à manger) parce que les jeunes feuilles sont comestibles avant de devenir dures et piquantes (panecardus, paniscardus = panis "pain" et cardu(u)s "chardon"). L'explication est valable pour le panicaut champêtre, j'ignore si le chardon bleu des Pyrénées est également comestible.

Panicaut de Bourgat Eryngium_ bourgatii

Quant au mot latin d'Eryngium, il signifie "éructation" parce que l'on prête aux racines du genre Eryngium la faculté de provoquer des rots... (de « ήρύγγιον »: nom grec de cette plante; venant de « έρύγη »: éructation). 

 

Chardon_bleu_Panicaut_de_Bourgat

Panicaut_de_Bourgat_W 

Insectes sur panicaut de Bourgeat (4)

21 juillet 2016

L'Epiaire des bois ou Ortie puante

Stachys sylvatica, L.

Vous l'avez compris, cette plante ressemble aux orties de par son feuillage (elle est cependant classée dans les lamaciées et non les urtiacées), mais voilà, on l'accuse de... puer ! Beurk!  Elle préfère se cacher dans les bois et les endroits frais, et c'est dommage car elle est bien jolie...

Stachys sylvatica (1)

Stachys sylvatica (2)

Stachys sylvatica Epiaire des boisStachys_Sylvatica

Stacys sylvatica Boutons

Stacys sylvatica Epiaire Ortie_puante

 

 

 

Et pour finir, la plante et ses fruits :


Stachys sylvatica Graines

 

 


 

Posté par MHVL à 18:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juin 2016

La grande astrance, ou grande radiaire

 

Astrantia major, L. 

 

(Pic d'Alian, juillet - août)
Cette fleur tire son nom de sa forme étoilée (astre). 

Fleurs blanc-verdâtre ici (elles peuvent être également roses). Elle a des propriétés digestives et et s'utilise dans le fourrage pour stimuler l'appétit du bétail.

Astrantia_major Grande-astrante Grande_radiaireJPG (16)  Astrantia major

On la trouve sous différents autres  noms dont : sanicle de montagne ou sanicle femelle (ne pas confondre avec la sanicle d'Europe), étoile des prés, astrancée, grande astrantie, autruche noire (là, pourquoi ? Je ne vois vraiment pas...!)

Astrantia_major Grande-astrante Grande_radiaireJPG (5) Astrantia_major Grande-astrante Grande_radiaireJPG (6)

Astrantia_major Grande-astrante Grande_radiaireJPG (15) Astrantia_major Grande-astrante Grande_radiaireJPG (2)

04 juin 2016

Le fumeterre officinal

Fumaria officinalis

Fumeterre (4)Rencontré dans les champs cultivés (cultures maraîchères en l'occurence), ce fumeterre reste bien discret, tant en taille qu'en présence.

Son cousin le Fumeterre des murailles (Fumaria muralis) me paraît encore plus rare...

(étymologie : voir la fiche de Fumaria muralis). 

 

Fumeterre (1)

A noter, en aragonais, la ravissation appellation de "zapatitos del niño Jésus", les chaussons de l'enfant Jésus 

Posté par MHVL à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Le fumeterre des champs

Fumaria muralis

Les fumeterres ne sont pas les plantes les plus fréquemment rencontrés dans la vallée (et encore moins sur ses sommets), mais on les aperçoit parfois ici et là, et sous (au moins) deux formes : fumaria muralis et fumaria officinalis, mais elles restent plutôt discrètes 

 Fumeterre a conf (2) 

Fumeterre a conf (3)

 

Fumeterre a conf (5)
Je pense présenter ici Fumaria muralis, assez caractéristique avec ses deux couleurs, (alors que Fumaria officinalis se contente d'une couleur unique). 

Pour l'étymologie, le mot de fumeterre (fumaria en latin) signifie "fumée de la terre" parce que la plante pique les yeux comme la fumée ! Il faudra se contenter de cette explication, je n'en ai pas trouvé d'autre.